Anecdotes

Le « Lundi noir » (1360), ou quand la météo sauve le royaume de France.

Durant les premières décennies de la Guerre de Cent Ans, un épisode tout à fait exceptionnel et pour le moins insolite eut lieu le jour du lundi de Pâques 1360. Alors que le roi d’Angleterre Edouard III tente d’assiéger Chartres, une tempête cataclysmique se déclenche. Les grêlons, la pluie verglaçante et la foudre sèment la panique dans le camp anglais, fort de 10 000 soldats. Environ 1000 hommes et 6000 chevaux furent terrassés, causant ainsi les plus lourdes pertes militaires anglaises depuis le début de la Guerre de Cent Ans en un temps records. Devant ce désastre, Edouard III y voit une punition divine face à son entêtement à vouloir poursuivre la guerre qu’il avait jusqu’ici menée d’une main de maître. Il promet de faire la paix avec la France et bat en retraite après seulement un jour de siège. Trois semaines plus tard, le traité de Brétigny est signé et met dès lors fin à la première phase de la guerre de Cent Ans. Cet événement marquant baptisé le « Lundi noir » inspira un passage de la pièce Le Marchand de Venise (1596-97) de Shakespeare.

Pour aller plus loin :

  • Philippe CONTAMINE, Entre Montlhéry et Gallardon. L’Orage du « lundi noir » (13 avril 1360) aux origines de la paix de Brétigny ?, Publication de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 2006, pp. 249-263.

https://www.facebook.com/lesanecdotesdelhistoire/posts/3109489895756970

Laisser un commentaire